L’importance de l’huile de sésame dans le massage ayurvédique

Nutritive, purifiante, digestive… l’huile de sésame, l’élixir bienfaiteur de l’ayurvéda

De l’assiette aux placards de la salle de bains, la médecine ayurvédique baigne littéralement
dans l’huile de sésame. Digestive, relaxante, bonne pour le cœur et le cerveau… elle possède
bien des vertus et s’utilise depuis des millénaires en cuisine, en cosmétique et en pharmacie,
par les adeptes de l’Ayurveda, médecine traditionnelle indienne.
À l’image d’un réseau autoroutier, le corps est parcouru de lignes énergétiques, (72.000 au total)
appelés nadis dans la médecine ayurvédique. «Quand il se forme un bouchon, l’organisme
comme une autoroute fonctionne mal. C’est pourquoi l’huile de sésame vient tout débloquer et
ainsi activer notre deuxième cerveau, le ventre». Pour lubrifier son intestin et faciliter le transit,
il est recommandé de prendre 1 à 2 cuillères à soupe par jour.

Dans l’Ayurveda, le massage possède une place centrale. Tout comme l’huile de sésame. Appliquée en grande quantité sur le corps, elle stimule la circulation sanguine et lymphatique, et possède des vertus anti-inflammatoires. «C’est l’huile par excellence qui permet de rétablir l’équilibre entre les doshas. Ce sont les trois grandes énergies vitales de la médecine ayurvédique : Vata, Pitta et Kapha. Elle s’utilise principalement lors du massage Abhyanga, un soin relaxant à l’huile chaude où l’on élimine les toxines via un peu de sudation et où l’on détend les muscles avec des pressions circulaires et glissées, du centre du corps vers les extrémités.

Sauf terrain allergique, l’huile de sésame s’adapte à toutes les natures de peau, des plus jeunes aux plus matures. Peu comédogène et légère, elle n’obstrue pas les pores et cicatrise les peaux acnéiques. Riche en antioxydants (comme la vitamine E), elle lutte contre les radicaux libres et active le renouvellement cellulaire.